pour obtenir le fichier sous format word: cliquez ici

 

ECHELLE VISUELLE ANALOGIQUE

 

Il sÕagit de faire dŽsigner soit par un trait, soit avec une curseur, lÕemplacement qui correspond ˆ la douleur ressentie, sur une ligne dont une extrŽmitŽ est marquŽe Į pas de douleur Č et lÕautre Į douleur maximale imaginable Č

 

                        [_________________________________________________________]

Pas de                                                                                                                    Douleur  maximale

douleur                                                                                                                        imaginable

 

LÕemplacement est ensuite quantifiŽ sur une Žchelle de 0 ˆ 10.

 

                        [_________________________________________________________]

                        0          1          2          3          4          5          6          7          8          9            10

 

 

 

ECHELLE NUMERIQUE SIMPLE

 

On demande ˆ la personne dÕentourer ou de dŽsigner la note qui dŽcrit le mieux lÕimportance de sa douleur. La note 0 correspond ˆ Į pas de douleur  Č, la note 10 ˆ la Į douleur maximale imaginable Č

 

Pas de                                                                                                                                          Douleur

douleur            0          1          2          3          4          5          6          7          8          9            10   maximale

                                                                                                                                                    imaginable

 

 

 

ECHELLE VERBALE SIMPLE

 

On demande ˆ la personne dÕentourer ou de dŽsigner la note qui dŽcrit le mieux lÕimportance de sa douleur.

 

 

0

absente

 

 

1

faible

 

2

modŽrŽe

 

3

intense

 

4

extrmement intense

 

 

 

 

 

 


SCORE DE SEDATION

 

  1. Patient ŽveillŽ
  2. Patient somnolent, rŽpondant aux stimulations verbales
  3. Patient trs somnolent rŽpondant aux stimulations tactiles
  4. Patient non stimulable

 

 

SCORE DE SURVEILLANCE RESPIRATOIRE

(Noter la frŽquence respiratoire  -FR- avant lÕadministration du traitement)

1.     R0 respiration normale FR >10/mn

2.     R1 ronflement FR>10mn

3.     R2 obstruction / tirage FR<10mn

4.    R3 pauses ou apnŽes

 



 

ECHELLE  DOLOPLUSŠ : Žvaluation comportementale de la douleur chez la personne ‰gŽe.

Observation comportementale

 

Nom prŽnom :

 

 

Dates

 

 

 

 

Retentissement somatique

Plaintes somatiques

Pas de plainte

0

0

0

0

Plaintes uniquement ˆ la sollicitation

1

1

1

1

Plaintes spontanŽes occasionnelles

2

2

2

2

Plaintes spontanŽes continues

3

3

3

3

Positions antalgiques de repos

Pas de position antalgique

0

0

0

0

Le sujet Žvite certaines positions de faon occasionnelle

1

1

1

1

Position antalgique permanente et efficace

2

2

2

2

Position antalgique permanente et inefficace

3

3

3

3

Protection des zones douloureuses

Pas de protection

0

0

0

0

Protection ˆ la sollicitation nÕempchant pas la poursuite de lÕexamen ou des soins

1

1

1

1

Protection ˆ la sollicitation empchant tout examen ou soins

2

2

2

2

Protection au repos, en lÕabsence de toute sollicitation

3

3

3

3

Mimique

Mimique habituelle

0

0

0

0

Mimique semblant exprimer la douleur ˆ la sollicitation

1

1

1

1

Mimique semblant exprimer la douleur en lÕabsence de toute sollicitation

2

2

2

2

Mimique inexpressive en permanence et de manire inhabituelle (atone, figŽe, regard vide)

3

3

3

3

Sommeil

Sommeil habituel

0

0

0

0

DifficultŽs dÕendormissement

1

1

1

1

RŽveils frŽquents (agitation motrice)

2

2

2

2

Insomnie avec retentissement sur les phases dՎveil

3

3

3

3

RETENTISSEMENT PSYCHOMOTEUR

Toilette et/ou habillage

PossibilitŽs habituelles inchangŽes

0

0

0

0

PossibilitŽs habituelles peu diminuŽes (prŽcautionneux mais complet)

1

1

1

1

PossibilitŽs habituelles trs diminuŽes, toilette et/ou habillage Žtant difficiles et partiels

2

2

2

2

Toilettes et/ou habillage impossibles, le malade exprimant son opposition ˆ toute tentative

3

3

3

3

Mouvements

PossibilitŽs habituelles inchangŽes

0

0

0

0

PossibilitŽs habituelles actives limitŽes (le malade Žvite certains mouvements, diminue son pŽrimtre de marche É)

1

1

1

1

PossibilitŽs habituelles actives et passives limitŽes (mme aidŽ, le malade diminue ses mouvements)

2

2

2

2

Mouvement impossible, toute mobilisation entra”nant une opposition

3

3

3

3

RETENTISSEMENT PSYCHOSOCIAL

Communication

InchangŽe

0

0

0

0

IntensifiŽe (la personne attire lÕattention des autres de manires inhabituelles)

1

1

1

1

DiminuŽe (la personne sÕisole)

2

2

2

2

Absence ou refus de toute communication

3

3

3

3

Vie sociale

Participation habituelle aux diffŽrentes activitŽs (repas, animations, ateliers thŽrapeutiques É)

0

0

0

0

Participation aux diffŽrentes activitŽs uniquement ˆ la sollicitation

1

1

1

1

Refus partiel de participation aux diffŽrentes activitŽs

2

2

2

2

Refus de toute vie sociale

3

3

3

3

Troubles de comportement

Comportement habituel

0

0

0

0

Troubles du comportement ˆ la sollicitation et itŽratifs

1

1

1

1

Troubles du comportement ˆ la sollicitation et permanents

2

2

2

2

Troubles du comportement permanents (en dehors de toute sollicitation)

3

3

3

3

 

SCORE

 

 

 

 

 

 


ECPA :   Echelle comportementale pour personnes ‰gŽes

 

ECPA possde deux dimensions.                                                                    Dates

 

 

OBSERVATION AVANT LES SOINS

Expression du visage : REGARD et MIMIQUE

 

Visage dŽtendu

0

 

 

Visage soucieux

1

 

 

Le sujet grimace de temps en temps

2

 

 

Regard effrayŽ et/ou visage crispŽ

3

 

 

Expression compltement figŽe

4

 

 

Position spontanŽe au repos  (recherche dÕune attitude ou position antalgique)

 

Aucune position antalgique

0

 

 

Le sujet Žvite une position

1

 

 

Le sujet choisit une position antalgique

2

 

 

Le sujet recherche sans succs une position antalgique

3

 

 

Le sujet reste immobile comme clouŽ par la douleur

4

 

 

Sur les mouvements (ou mobilitŽ) du patient : Hors et/ou dans le lit

 

Le sujet bouge ou ne bouge pas comme dÕhabitude

0

 

 

Le sujet bouge comme dÕhabitude mais Žvite certains mouvements

1

 

 

Lenteur raretŽ des mouvements contrairement ˆ son habitude

2

 

 

ImmobilitŽ contrairement ˆ son habitude

3

 

 

Absence de mouvements ou forte agitation, contrairement ˆ lÕhabitude

4

 

 

Sur la relation ˆ autrui : Il sÕagit de toute relation possible : regard, geste, expression

 

Mme type de contact que dÕhabitude

0

 

 

Contact plus difficile que dÕhabitude

1

 

 

Evite la relation contrairement ˆ lÕhabitude

2

 

 

Absence de tout contact contrairement ˆ lÕhabitude

3

 

 

IndiffŽrence totale contrairement ˆ lÕhabitude

4

 

 

OBSERVATION PENDANT LES SOINS

Anticipation ANXIEUSE aux soins

 

Le sujet ne montre pas dÕanxiŽtŽ

0

 

 

Angoisse du regard, impression de peur

1

 

 

Sujet agitŽ

2

 

 

Sujet agressif

3

 

 

Cris, soupirs, gŽmissements

4

 

 

RŽactions pendant la MOBILISATION ou les SOINS

 

Le sujet se laisse mobiliser ou se mobilise sans y accorder une attention particulire

0

 

 

Le sujet a un regard attentif et semble craindre la mobilisation et les soins

1

 

 

Le sujet retient de la main ou guide les gestes lors de la mobilisation ou des soins

2

 

 

Le sujet adopte une position antalgique lors de la mobilisation ou des soins

3

 

 

Le sujet sÕoppose ˆ la mobilisation ou aux soins

4

 

 

RŽactions pendant les soins des ZONES DOULOUREUSES

 

Aucune rŽaction pendant les soins

0

 

 

RŽaction pendant les soins, sans plus

1

 

 

RŽaction au TOUCHER des zones douloureuses

2

 

 

RŽaction ˆ lÕEFFLEUREMENT des zones douloureuses

3

 

 

LÕapproche des zones est impossible

4

 

 

PLAINTES exprimŽes PENDANT le soin

 

Le sujet ne se plaint pas

0

 

 

Le sujet se plaint si le soignant sÕadresse ˆ lui

1

 

 

Le sujet se plaint en prŽsence du soignant

2

 

 

Le sujet gŽmit ou pleure silencieusement ds quÕon le soigne

3

 

 

Le sujet crie ou se plaint violemment ds quÕon le soigne

4

 

 

SCORE (le score maximal est de 32)

 

 

 


 

Echelle comportementale de la douleur

ElaborŽe par lՎquipe de soins palliatifs du CRG de Chantepie

 

 

NOM PrŽnom :

 

DATES

 

 

 

 

 

Observation

REP

MOB

REP

MOB

REP

MOB

REP

MOB

 

VISAGE

bouche pincŽe

 

 

 

 

 

 

 

 

montŽe de la lvre supŽrieure

 

 

 

 

 

 

 

 

sourcils froncŽs

 

 

 

 

 

 

 

 

regard vide, visage figŽ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RELATION

crie

 

 

 

 

 

 

 

 

gŽmissements, plaintes

 

 

 

 

 

 

 

 

rŽactions dÕagressivitŽ

 

 

 

 

 

 

 

 

refus de contact, ne parle pas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CORPS

frottement, protection dÕune zone douloureuse

 

 

 

 

 

 

 

 

agrippement aux barrires, aux draps, aux soignantsÉ

 

 

 

 

 

 

 

 

mouvements dŽsordonnŽs

 

 

 

 

 

 

 

 

sueurs

 

 

 

 

 

 

 

 

poings serrŽs

 

 

 

 

 

 

 

 

opposition ˆ la mobilisation

 

 

 

 

 

 

 

 

position antalgique, position fĪtale

 

 

 

 

 

 

 

 

motricitŽ pauvre  corps figŽ

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

score A  (colonne REP+ colonne MOB)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SOMMEIL MODIFIE

 

 

 

 

APPETIT  DIMINUE

 

 

 

 

VIE SOCIALE PERTUBEE (dŽsintŽrt)

 

 

 

 

ACTIVITES DE LA VIE QUOTIDIENNE

 baisse de lÕautonomie

 

 

 

 

score B

 

 

 

 

 

 

score TOTAL (A+B)

 

 

 

 

 

Signatures

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Utilisation de la MORPHINE

 


Action antalgique CENTRALE

Forme utilisŽe et prŽsentation :

Sulfate de MORPHINE

ACTISKENAN        5, 10, 20 & 30 mg

SEVREDOL           10 & 20 mg

A libŽration immŽdiate, dÕune durŽe dÕaction de 4 heures, indiquer lors de la titration de la dose de morphine, ou dans la gestion des pics douloureux

SKENAN    10, 30, 60, 100 & 200 mg ĐgŽlule-

MOSCONTIN   10, 30, 60, 100 & 200 mg Đcp

A libŽration prolongŽe, dÕune durŽe dÕaction de 12 heures, avec un pic dÕefficacitŽ dÕ 1h30 - Les gŽlules peuvent tre ouvertes, mais les comprimŽs ne doivent tre ni coupŽs ni ŽcrasŽs.

Chlorhydrate de MORPHINE

Ampoule buvable de 10 & 20 mg.

Ampoule injectable SC ou IV de 10 & 20 mg/1ml, 50 mg/5ml, 100, 200 & 400mg/10ml

DŽlai dÕaction, suivant la voie utilisŽe :

¯  voie veineuse :  5 ˆ 10 minutes

¯  voie sous-cutanŽe :  10 ˆ 30 minutes

¯  voie orale :  40 ˆ 60 minutes

Rgles de passage  de la voie orale, vers:

¯  la voie veineuse :  1/3 dose

¯  la voie sous-cutanŽe : 1/2 dose

Principaux effets secondaires :  

¯  Euphorie, É  jusquÕau syndrome confusionnel

¯  Somnolence (habituelle en dŽbut de traitement, mais ne devant durer que quelques jours)

¯  Troubles respiratoires : bradypnŽe,: grave si irrŽgulire avec pause, cyanose, tachycardie.

¯  NausŽes et vomissements, surtout les premiers jours

¯  Constipation, ˆ prŽvenir systŽmatiquement

¯  Hypotension orthostatique

¯  Retention urinaire

¯  SŽcheresse de bouche

¯  Sueurs

¯  Toxicomanie

Interaction mŽdicamenteuse :

BenzodiazŽpines,  neuroleptiques,  barbituriques & anti-histaminiques H1 +++

Attention ˆ la co-prescription avec les antitussifs.

Utilisation :

o               Pour un patient douloureux, sous antalgiques du palier 2 ˆ dose maximale, non soulagŽ :

Dans cette indication, la dose de MORPHINE ˆ dŽbuter est de : 1mg/Kg/jr, sous forme immŽdiate: Actiskenan 10 mg, ou Morphine buvable : 1 ampoule de 10mg, en 6 prises par jour.

            Chez les patients ne pouvant pas avaler, la Morphine peut tre donner en sous cutanŽe, mais ˆ demi-dose par rapport ˆ la voie orale : soit 5mg toutes les 4 heures.

     Chez les sujets trs ‰gŽs, certains auteurs recommandent de dŽbuter avec des doses plus faibles, en raison du risque dÕaccumulation.


¯  Si cette dose obtient lÕeffet antalgique dŽsirŽ, en Žtant bien supportŽe, faire un relais rapide par une forme ˆ action prolongŽe type SKENAN ou MOSCONTIN, deux prises par jour, la dose ˆ chaque prise Žtant Žgale ˆ la moitiŽ de la dose journalire totale sous forme immŽdiates. (LÕutilisation des formes ˆ libŽration prolongŽe, au-delˆ de 12 heures nÕobtient pas dÕavis consensuel.)

¯  Si la dose est insuffisante pour soulager le patient, augmenter la dose de 50%, au bout de 4 heures, jusquՈ lÕobtention dÕune sŽdation suffisante.

¯  Si la dose entra”ne des effets indŽsirables importants, diminuer celle-ci ds la prise suivante Đsauf trouble respiratoire qui impose une assistance respiratoire et lÕemploi immŽdiat de NARCAN-

o               Chez un patient sous MORPHINE au long court, quand il existe des pics algiques, donner une inter-dose supplŽmentaire sous forme rapide, de 1/6 ˆ 1/10 de la dose totale Đ que lÕon peut rŽpŽter toutes les 4 heures, en lÕaugmentant si besoin. Si plus de 4 interdoses par jour, augmenter la dose totale du traitement de fond.

o               Chez un patient sous MORPHINE, avant de faire un soin douloureux, donner une interdose soit sous forme rapide orale, soit en sous cutanŽe, 30 minutes avant.  

 

Utilisation des pompes ˆ MORPHINE : analgŽsie programmŽe par le patient (P.C.A.) :

PossibilitŽ dÕinjecter la MORPHINE en SC, par lÕintermŽdiaire dÕune pompe, permettant ainsi une administration continue et/ou discontinue par auto-administration du patient. Ces pompes utilisent des seringues de 50cc, avec un volume de 48ml (=volume ampoule de Morphine + sŽrum physiologique) avec rŽglage du dŽbit sur 24h : 2ml/h. 

En cas de pic douloureux, le patient, en appuyant sur un bouton, peut sÕadministrer des bolus.

NŽcessite la surveillance attentive du dosage  ++++

 

Douleurs rŽsistantes ˆ la morphine : parfois observŽ chez des patients sous Morphine au long cours, malgrŽ un augmentation des posologies bien conduite : Aprs avoir ŽliminŽ dÕautres causes dÕinŽfficacitŽ, rŽalisation possible dÕune rotation des opiacŽs, avec hydromorphoe orale LP (Sophidone) ou oxycodone orale LP (Oxycontin)

 

Utilisation de la NALOXONE : NARCAN¨ : Ampoule de 0,4mg/1ml-

En diluant avec 9 ml sŽrum physiologique : on obtient une dose de 0,04mg/ml soit 40ĩg : administrer 1ĩg/kg

    -soit pour une personne de 60kg, injection 1,5ml-

en IV, ˆ renouveler aprs 3 mn, en fonction du score de sŽdation ou de respiration, autant de fois que nŽcessaire

DurŽe de surveillance, suivant la voie dÕadministartion du morphinique : 4 heures si IV, 12h si orale, 24h si transdermique.

 

FICHE de SURVEILLANCE

INSTAURATION TRAITEMENT MORPHINIQUE

á       NOM:

á       AGE :

á       POIDS :

 

HORAIRES

 

 

 

 

PRODUIT

 

 

 

 

DOSE

 

 

 

 

POULS / TA

 

 

 

 

Score RESPIRATOIRE

 

 

 

 

Score de SEDATION

 

 

 

 

Score EVA

 

 

 

 

Score EVS

 

 

 

 

NausŽes

 

 

 

 

Vomissements

 

 

 

 

Prurit

 

 

 

 

RŽtention urine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AUTRES ANTALGIQUES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

FICHE de SURVEILLANCE

TRAITEMENT MORPHINIQUE CHRONIQUE

á       NOM:

á       AGE :

á       POIDS :

 

JOUR

 

 

 

PRODUIT

 

 

 

DOSE

 

 

 

FREQ RESPIRATOIRE

 

 

 

POULS / TA

 

 

 

Score de SEDATION

 

 

 

Score EVA

 

 

 

Score EVS

 

 

 

NausŽes

 

 

 

Vomissements

 

 

 

Prurit

 

 

 

RŽtention urine

 

 

 

Constipation

 

 

 

Laxatif (systŽmatique)

 

 

 

AUTRES

 ANTALGIQUES